Bruits de Bouche & Us et Coutumes

23/03/2011 - Pays : Bahreïn - Imprimer ce message

Coucou la France (et les autres hein !)

Alors ce soir, pas de politique ! Je suis allé visiter des concurrents avec mon patron  toute l'après-midi et entre le nuage de poussière sur Manama, les tanks aux carrefours et le rond-point de la perle...sans la perle, tout ça me fout un peu le bourdon, donc on va parler d'autre chose !

Vous savez maintenant combien j'aime croquer les petits travers des uns et des autres, tout en cultivant une bonne dose d'auto-dérision histoire de maintenir l'équilibre :D du coup je vous propose de passer en revue les petits comportements des uns et des autres, totalement anodins dans leur pays mais extrêmement grossiers chez nous. Qu'il soit bien entendu que je croque régulièrement mes compatriotes adorés, je pense que cela m'autorise à chatouiller la susceptibilité d'autres nationalités sans être derechef taxé de racisme. Vous connaissez mon peu d'inclinaison pour les jugements de valeur et avoir l'½il acerbe ne veut nullement dire se poser en juge. Ceci étant dit, passons en revue les différentes nationalités présentes sur l'île qui présentent des différences significatives pour nos petits yeux d'européens.

 Commençons donc par les indiens... En effet, leur culture est vraiment différente de la notre et un indien moyen lâché dans une capitale d'Europe sans explications passerait probablement pour un malotru de première. Nul doute qu'il en serait de même pour un européen là-bas. L'Inde étant un pays extrêmement étendu, tous les indiens ne se ressemblent pas. La plupart de ceux qui vivent ici viennent du district de Kerala au sud ouest de l'Inde.
La première de leurs manies c'est de dodeliner de la tête. Ainsi ils n'opinent pas du chef, ni ne dénient du menton comme on le fait chez nous pour dire oui ou non, ils inclinent la tête vers l'épaule droite puis vers l'épaule gauche en répétant plusieurs fois ce mouvement. Est-ce un oui ? Est-ce un non ? Nul ne le sait... Souvent pas même l'intéressé! Ceci ne facilite bien entendu pas la communication !
La seconde manie concerne le regard. En France, quand on est petit, on nous apprend qu'il est impoli de dévisager les gens avec insistance. Manifestement, les petits indiens ont sauté cette classe à l'école de notre savoir-vivre. Les femmes qui vivent ici vous le diront, tentez de passer au travers d'un groupe d'indiens et vous verrez autant de paires d'yeux écarquillés vous suivre du regard. Les hommes y ont droit aussi, mes yeux bleus par exemple, croisant ceux d'un indien se voient souvent mirés de façon aussi insistante qu'inhabituelle pour un européen.
La troisième quant à elle, ouvre la porte à tout un tas de déclinaisons : il s'agit de tous ce que l'on peut faire avec sa bouche...
Séance de travail avec un de mes collaborateurs indien, en vis-à-vis dans mon bureau, nous visages à 1m50 de distance.
Il me lâche un rot monstrueux, parfum curry de mouton (vieux le mouton) en pleine poire... J'ai aussitôt annulé mon rendez-vous chez le coiffeur hein... parce que recoiffé, ça c'était fait ! Donc là je m'attends à ce qu'il s'excuse super embarrassé... Hé ben non il continue à parler comme si de rien n'était, non sans balancer quelques répliques à la première salve, les dites répliques se situant tout de même autour de 7 sur l'échelle de Vomito ! Finalement incommodé, je lui demande s'il a un bonbon à la menthe et quand il me le tend, je lui fais "non, c'est pour toi"... Je lui explique donc que dans ma culture on partage assez rarement ce qui sort de nos orifices avec d'autres, que l'air du dedans va rejoindre l'air du dehors quand les autres sont à l'abri de la tempête et que c'est même plutôt grossier, surtout quand on est avec son patron :D Inutile de vous dire que ça l'a plutôt fait marrer mais bon en même temps je l'ai quand même obligé à sucer son bonbon menthe sous peine d'exil immédiat à plus de 50 mètres de mon bureau !
Après le rototo, la crachouille :p parce que nos amis du sous-continent asiatique partagent avec les chinois, les lamas et quelques autres charmantes espèces dont il vaut mieux se tenir à distance cette fâcheuse habitude de se racler les végétations avec enthousiasme pour expulser la "récolte" à peu près n'importe où au sol. Certes me direz-vous, certains biactols tendance racaille surtestostéronée (entendez par là un petit gars pas très futé, en jogging, de préférence avec une jambe relevée, avec un casquette et un air mauvais vissé sur la tête qui marche comme s'il avait séché sur un tonneau et dont le regard semble vous dire du haut de ses 1m52 et 40 kilos "Fais gaffe j'te fume !"), biactols disais-je donc, qui ont repris à leur compte comme un signe de virilité intrépide le fait de cracher toutes les deux minutes au sol. Certaines "filles" pas plus éclairées que les précédents n'ont pas forcément décodé le message subliminal et les imitent elles aussi. Il va sans dire que ce sport qui relève déjà du manque d'éducation total chez le jeune homme devient carrément d'une vulgarité sans nom quand c'est une fille qui le pratique. Bon je sais que mes amies féministes vont bondir m'accusant sans plus de procès de sexisme éhonté. Alors d'une je suis pour l'égalité des sexes, mais contre le féminisme et quand je suis sexiste, au moins en paroles, c'est parfaitement éhonté cela va sans dire :D
Donc au panier les chiennes de garde, c'est pas le débat. Bref, comme je disais en France cette exécrable habitude semble refaire son chemin parmi certains jeunes au grand dam du Darwinisme qui a cru démontrer que ne subsistent lors de l'évolution que les traits qui permettent à l'espèce de s'améliorer.... Ah ben pardon hein :D donc l'indien rote et crache... C'est tout ? Hé ben non...
Autre habitude fâcheuse selon nos critères : l'indien va au lavabo s'assainir les végétations encombrées.
Là vous me dites "Quoi nous aussi on se mouche... je te trouve bien délicat cher blogueur"
Que nenni... Si seulement... ils se mouchaient... Je fournirais même volontiers les mouchoirs !
Bon une petite parenthèse s'impose pour vous préciser que mon bureau est en face des toilettes pour hommes. Voilà le décor est planté. Midi, je travaille sur un dossier prenant, je suis là depuis environ une semaine. Un bougre de la compta passe dans le couloir et me fait un signe amical auquel je réponds sur le même ton, convivial que je suis... Et deux minutes après commence une série de bruitages absolument infernaux. Essayez d'imaginer une concours de mollards entre une équipe de routiers tchétchènes. Éructations, raclements en tout genre... J'ai vraiment cru qu'il essayait de vomir un poumon via la narine gauche. Inquiet et formaté par des années d'école catholique, de scoutisme et autres je fonce au lavabo pour voir s'il a besoin de quelque chose, médecins, pompiers, greffe d'½sophage ou que sais-je encore. Il est là devant le lavabo, la porte grande ouverte, en train d'admirer le résultat de ses expectorations et il me fait un grand sourire. Quand je lui demande si tout va bien il semble si interloqué que je m'engouffre dans les toilettes pour justifier ma présence dans le lieu.
J'ai donc classé le brave garçon dans la famille des "vaut mieux éviter, y compris de serrer la main des fois qu'il ne serait pas arrivé au lavabo". Sauf que depuis, j'ai découvert qu'une grande partie des hommes qui viennent de sa région observent la même pratique dès que leur nez se bouche un tant soit peu. Manque de bol il y en a tout un nid à la compta qui viennent dans les toilettes chez moi parce qu'il y a plus de place que dans celles proches de la compta. Du coup si j'avais vraiment voulu observer mon précepte, j'aurais dû cesser de dire bonjour à un bon tiers de la compta et à quelques autres services qui se livrent sans pudeur à cette ragoûtante activité comme d'autres chantent du Lorie sous la douche (héhéhé private joke inside :p).
Lorsqu'un jour cela survient alors que mon collaborateur qui rote est dans mon bureau, je le vois faire la grimace. Comme il est indien aussi je m'étonne et l'à il m'explique que dans sa région à lui, c'est super mal élevé de faire ça quand d'autres peuvent entendre. Bon au moins ils ont des drôles de manies mais ils ne cumulent pas c'est déjà ça !!!

 

Bon allez suffit avec les indiens,les pauvres, parlons un peu des locaux. Une de leur pratique très élégante consiste à se réajuster le service trois pièces devant tout le monde. Tous les mâles vont me dire que quelquefois on n'échappe pas à cette nécessité et que moi-même blablabla... Bon c'est pas faux... sauf que je fais ça aussi discrètement que possible et surtout, je ne suis pas habillé d'un caleçon sous une robe blanche, MOI ! Donc monsieur le local quand il a le papier qui lui colle aux bonbons, public ou pas public, il y remédie ! Ça commence généralement par saisir le tissu du caleçon à travers le thaube (longue robe blanche des locaux) entre deux doigts et à tirer dessus pour décoller le papier. Ensuite la main glisse, soit à droite, soit à gauche, englobant les éléments que le caleçon est normalement sensé dissimuler pour les réarranger de façon à être contenus sans être comprimés. La grande classe... Tout cela ne prend que quelques secondes et tient plus du réflexe pavlovien que de l'action consciente pour sûr mais néanmoins... Ça me rappelle cette femme splendide, à la démarche chaloupée, aux formes sculpturales que l'on suit vaguement des yeux dans la rue jusqu'au moment où celle-ci s'arrête brusquement sur le trottoir, monte un pied sur la pointe, relevant ainsi une fesse plus haut que l'autre pour glisser l'air de rien un doigt sous l'élastique d'un sous-vêtement trop ajusté et tirer dessus pour gagner de l'aisance pendant quelques mètres... Rha le tue-l'amour... Ou tout aussi libidicide, le collant une taille trop petite qui descend et que la secrétaire sexy agrippe à l'entrée du Printemps par l'élastique de la taille pour sauter sur place, histoire de tout remettre dans le cellophane... Vous visualisez là ? Merveilleux non ? "Tout passe, tout lasse, sauf la classe" hein :p

 

Bon l'hiver est fini là donc si vous vous êtes sentie visées mesdames, je vous livre la, plutôt les citations du jour pour réflexion :

"Qui se sent morveux se mouche" (Maxime très répandue dans ma famille quand tu essayes de te justifier)
"Jette une pierre à un troupeau de cochons, celui qui crie, c'est celui qui l'a reçue" (Maxime très répandue chez un de mes anciens patrons quand tu essayais de te justifier)

 

Allez bonne nuit et sans rancune... Surtout si vous êtes une femme, indienne mi keralite, mi pamil nadoue   ;o)

 

Besos et à demain sans doute....

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :
Par Abdel
le 27/03/2011 à 15:06:40
Salut,
je viens de terminer la lecture de tes articles et je ne comptent plus les moments où j'ai éclaté de rire. Tu as un réel talent d'écriture et d'analyse, c'est vraiment un plaisir de lecture. J'espère que ça se calme un peu quand même sur Manama. Sinon l'opération moules, ça a donné quoi? Le dernier post sur les us et coutumes, c'est totalement efficace, tu devrais penser à écrire un livre.
Par Olivier KRAFT
le 27/03/2011 à 19:44:52
Hello Abdel !

Merci de ton commentaire qui fait rudement plaisir ! Forcément, familles et amis trouvent ce que j'écris intéressant... Parce qu'ils me connaissent et savent qu'il faut être poli :D
Après les gens que tu ne connais pas, tu te dis qu'ils sont arrivés là par hasard, probablement sur un malentendu et je suis toujours extrêmement surpris qu'ils restent, voire qu'ils reviennent :D
C'est pourquoi tes compliments me touchent doublement. Si en plus j'ai pu te faire sourire alors là...
Ecrire un bouquin ? Un vieux rêve de grand adolescent ça... Y a plus qu'à trouver :
- le sujet
- le temps
- du papier
- un éditeur
- la patience

Pfiou... pas gagné hein ;o)
Amicalement

Olivier
Par Abdel
le 27/03/2011 à 21:52:28
Salut c'est "derechef" moi,

merci d'avoir répondu au message que je t'ai laissé. En fait je suis tombé fort logiquement sur ton blog à partir du site expat blog section barhein où tu fais figure d'autorité (sinon de ponte) en matière de bons conseils. Le talent a fait le reste comme on dit. J'ai également lu le blog d'Eric et de Lydia qui est lui aussi vraiment bien. Mine de rien vous êtes très peu à écrire sur le bahrein. Pour ce qui d'un livre, d'une pièce, d'un scenario, en ce qui te concerne, il n'y a que le temps qui semble être une contrainte. Je ne veux te gener non plus ceci dit.

C'est important qu'il y ait de l'entraide entre expats. Si j'ai des questions, je n'hésiterai pas à te les soumettre si cela ne te dérange pas.
cordialement.
Abdel


Par E. (une "voisine")
le 03/04/2011 à 06:53:54
Excellent et tellement vrai...
Par Bérengère
le 20/04/2011 à 20:27:36
coucou
je suis en train de récupérer d'un mois de retard de lecture (ça correspond à peu près, non exactement, à l'arrivée de mon dernier petit gars...et je me suis dit que je te posterai un message quand j'aurai fini de tout lire mais le coup de la citation de ce patron...pouvait pas laisser passer, on a eu le même et la citation, je l'avais entendue en live...un grand moment...c'est drôle je l'avais trouvé très conne sur le moment(genre trop facile et surtout imparable) et pourtant je dois bien avouer que je l'ai réutilisé quelquefois par la suite (sans doute parce que imparable...):-/

Allez je continue ma lecture j'ai pas fini de rattraper mon retard.
Grosse bise jusqu'au prochain message ;-)

Laisser un commentaire

Copyright © Olivier KRAFT Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.