Kaboom Kitchen & Week-end 'Vie sociale'

10/02/2012 - Pays : Bahreïn - Imprimer ce message

Hellow efribodi !

 

Il y a exactement une semaine, vous avez failli perdre votre blogueur chéri, préféré, favori,  bon enfin moi quoi !
Non je ne suis pas tombé dans une embuscade d'anciennes caissières hystériques et revanchardes (bisous les filles), non mes ex n'ont pas non plus fondé un club visant à me nuire, non malgré ma carrure je suis toujours trop petit pour qu'Al Qaida s'intéresse à moi, et pourtant, il s'en est fallu de peu pour que j'entre avec fracas dans les statistiques des accidents domestiques.
Le jeune frère de Caroline étant en stage chez nous dans le cadre de son BTS, j'ai invité toute la famille à dîner vendredi soir puisque samedi était férié. Au menu magrets de canard au thym et au miel, gratin dauphinois, fondue de poireaux, les invités apportant le dessert. La matinée est donc consacrée au pelage de patates, émincé des poireaux et tout ce qui s'en suit. En fin d'après midi, je mets le gratin dans le four, puis j'allume ce dernier (les patates sont plus moelleuses si elles cuisent longtemps et doucement !). Je commence ma sauce qui doit réduire longtemps pour être goûteuse et dans mon wok, je mouille mon roux avec du vinaigre balsamique, du miel, et j'ajoute du céleri, des carottes, des oignons, de la sauge, du thym frais puis je rajoute environ un litre et demi d'eau pour ensuite laisser réduire. A travers la vitre du four, le gratin commence à dorer et tout ça sent plutôt bon.
Je file mettre la table et m'habiller, il est invités-1h15.
Un vingtaine de minutes plus tard, je viens voir où en est la sauce je touille avec la cuiller en bois et décide de lancer les magrets. Je tourne le bouton du gaz et tout en me penchant pour attraper la poêle, j'appuie sur le piezzo (l'allume gaz automatique de la cuisinière) et la boum ! C'est Apocalypse Now dans la cuisine ! La porte du four s'ouvre à la volée en expulsant le gratin, le wok s'envole à près de deux mètres aspergeant la moitié de la cuisine et de ma personne de liquide brûlant. Tous les bruleurs volent, projetant les rondelles en fonte qui les couvrent dans tous les sens, l'une venant me heurter au front. Inutile de vous dire que je suis sonné, étourdi, les oreilles bourdonnantes et ayant du mal à comprendre ce qui s'est passé.
Premier réflexe, couper le gaz. Deuxième réflexe, passer toutes les zones sur lesquelles de la sauce bouillante a atterri sous l'eau froide pour arrêter la brûlure. Mon avant-bras a bien morflé et après l'eau, je l'enduis copieusement de vaseline pour éviter les cloques. Enfin retour sur la scène. Ma cuisine est dans un état pitoyable, mes invités arrivent dans moins d'une heure, je suis un peu en vrac avec mon bras et ma bosse qui me font souffrir. Je me rassemble et j'appelle Al Abraj pour faire livrer un mix grill géant et je décide de laisser la cuisine en l'état. Il faut que je me rechange pour les accueillir.
J'ai beau essayer de comprendre ce qui s'est passé, je ne vois pas. Je présume que le four s'est éteint et que la sécurité n'a pas joué son rôle, le gaz continuant à s'accumuler dans le four. Mon appui sur le piezzo a amené l'étincelle et boum.
Rétrospectivement, je me dis que j'ai eu chaud. Comme je me penchais pour attraper la poêle au moment de l'explosion, le wok a volé à côté de moi et le four s'est ouvert sans m'atteindre... Deux litres de sauce bouillante et une porte de four qui s'ouvre à toute volée, j'aurais pu être sérieusement blessé. Du coup j'en veux un peu à ma cuisinière (l'appareil hein pas la personne) qui maintenant est toute de guingois et à mon humble avis pas réparable. Manque de bol le propriétaire est en voyage et le responsable maintenance doit attendre son feu vert pour la changer. C'est donc parti pour une semaine de micro-onde, repas froids et livraison à domicile.
Bon fort heureusement, toutes ces péripéties ne nous ont pas empêché de passer une excellente soirée et la contrariété a vite laissé la place au plaisir de recevoir toute la famille malgré le menu un peu plus "sur le pouce" que prévu.

La semaine a passé à toute vitesse, comme la plupart des semaines. Mon fils Jérémy doit arriver le 25 pour une dizaine de jours et je vais pouvoir passer une semaine avec lui car j'ai quelques jours de vacances. Inutile de dire que je me réjouis ! Là aussi quelques errances entre le fiston qui a paumé son passeport et moi qui me suis mélangé les pinceaux dans les dates du billet d'avion, ça n'a pas été facile :p  Mais c'est bon... il vient ! Cool...

Ce week-end c'est le printemps ! 27° cet après midi (on pense à vos rivières et pieds gelés avec compassion !). Hier soir j'ai repris le chemin de la "cantine", alias la table de cuisine de Lydia et Éric. C'est vrai que depuis les fêtes nous nous sommes vus à plein de reprises, mais rarement seuls du coup stait bien sympa ! Vendredi midi, déjeuner avec deux français fraîchement débarqués : Clément avec qui je suis en contact via ce blog depuis qu'il prépare sa migration et Khalid qui a rencontré Clément il y a quelques jours. Je les ai emmenés déjeuner à la Véranda et nous avons passé un excellent moment à discuter de la vie au Bahreïn et de notre plaisir partagé d'y être.
La soirée de ce soir, c'est anniversaire et apéritif dinatoire. C'était sympa mais trop de monde, je me suis un peu enfui, avide de retrouver ma tanière. Vous noterez que la loi de Murphy s'applique autant aux tartines qui choient qu'au invitation qui nous échoient ! Ainsi il m'arrive d'avoir deux ou trois weekends sans rien de prévu et soudainement il y a 4 invitations la même fin de semaine... Du coup j'ai dû faire l'impasse sur l'anniversaire de Pierric, étant déjà engagé ailleurs. On va être obligés de se rattraper un de ces soirs !

Dans le registre moins rigolo, la semaine prochaine nous amène au triste anniversaire des émeutes de 2011. Chaque camp se prépare à la probable confrontation et l'ensemble de la communauté se perd en conjecture sur ce qui va se passer. N'étant pas plus extra ni lucide que la majorité, je n'ai pas plus de certitudes que les autres mais comme tout le monde, je m'inquiète des mouvements de colère, les provocations et de leurs ripostes. J'espère sincèrement que personne ne dérapera, quelles que soient les provocations, les tentations de se laisser aller. Faites que cette commémoration reste pacifique !

 

Fermez bien vos anoraks et attention aux trottoirs qui glissent !

 

La bise

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :
Par Abdel
le 10/02/2012 à 21:23:52
La vache. C'est un petit miracle qu'il n'y ait pas de casse parce que ça fait peur. Content que tu sois sauf, surtout quand on voit où a terminé le wok. C'est l'occaz de passer à la pyrolyse.
Abdel
Par caprice35
le 13/02/2012 à 10:34:18
C'est toujours super impressionnant le gaz quand ça décide de sauter au visage ! T'as eu eu tout de même les bons réflexes. Ca aurait été dommages qu'on n'est plus le récit de tes aventures ;)
Soigne toi bien, ne te met pas en danger pour avoir de quoi raconter, tout de même...Bonne retrouvaille avec le fiston,bonne semaine
Par dobblek
le 15/02/2012 à 16:20:49
ben ca alors!!! quelle emotion! je connaissais le dictons : la gourmandise est un vilain defaut" mais de là á le punir par un attentat en règles!
t'as pas une photo de ton front???

suis bein contente que tu ailles bien
bizouilles
dobblek

Laisser un commentaire

Copyright © Olivier KRAFT Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.