Sables Mouvants & Tempête de Joie

12/03/2011 - Pays : Bahreïn - Imprimer ce message

"Dis t'as pas l'impression qu'on n'avance plus ? On doit être enlisés"
"Tais-toi et rame !"

 Voilà ces quelques mots auraient pu être prononcés par Annie Girardot dans un film d'Audiard mais non.
Encore une qui nous quitte, le cinéma aura décidément eu son lot cette année...
Donc même si ce n'est pas du Audiard, mon petit dialogue en préambule (Tiens si quelqu'un connaît l'adjectif correspondant au substantif Préambule, je suis preneur ! Préambulatoire me paraît plutôt qualifier la période durant laquelle nous rampons à 4 pattes et préambulaire, quoique sonnant joliment, ne m'inspire pas confiance... Robert, Larousse, si vous me lisez...), mon petit dialogue disais-je donc reflète bien la situation politique ici.

Les pourparlers se tiennent (j'espère !) en coulisse et officiellement on est au point mort. En effet, l'opposition réclame toujours comme préalable à toute négociation le départ du premier ministre, comme il est toujours là....
Du coup chaque jour est le témoin d'évènements divers et parfois drôles : ainsi les journaux sont les vecteurs de la bonne parole. Pas un jour sans qu'un article n'appelle l'opposition à venir négocier, ou ne loue le patriotisme des bahreïnis qui travaillent etc...
Dans les courriers des lecteurs, chacun y va de son couplet "les manifestants sont des fainéants; ils devraient apprendre la valeur du travail", "les bahreïnis qui soutiennent le pouvoir sont des rétrogrades assis sur des tas de pesos", blablabla...
Inutile de préciser que c'est pas avec ça qu'on va développer l'unité nationale !
Dans les mêmes journaux, chaque jour une corporation tient tribune pour expliquer les difficultés dans lesquelles cette situation place ses membres et supplie les deux parties de trouver un accord. Ce matin, c'étaient les entreprises de construction, déjà durement frappées par la crise immobilière au Moyen-Orient (2009-2010) qui voient d'un côté les investisseurs rafraîchis perdre leur intérêt pour le pays et de surcroît leurs ouvriers n'osant plus venir travailler quand ils ne sont pas tout bonnement bloqués dans leur pays d'origine n'ayant pu revenir de vacances (Les Philippines ont ainsi interdit à tous leurs ressortissants de se rendre à Bahreïn les deux dernières semaines par crainte de devoir les rapatrier ensuite). Dans le même esprit on a eu les PME, les commerçants, les taxis etc...

Si l'opposition modérée reste forte et concentrée sur ses objectifs, le pourrissement de la situation renforce les groupuscules radicaux. Ces derniers, surtout composés de jeunes sont animés d'une vision romantique de cette révolution. Quand ils parlent de leur "misère", ils prêteraient parfois à sourire si ils n'étaient pas à 200% sincères. Un séjour en Inde ou au Sri Lanka voisins leur remettraient peut-être l'église au centre du village, enfin la mosquée au centre de la Medina je voulais dire. Ceux-là sont plus anarchistes que leurs aînés et avec l'enthousiasme irréfléchi de la jeunesse, ils veulent juste "tout flanquer par terre". Ah ? Et après ? Après on verra...
Ce sont les mêmes qui ont organisé une manifestation hier à Riffa où se situent les palais des dirigeants et la cour du Roi. Cette manifestation a été clairement interdite et la police a indiqué qu'elle ne pourrait pas laisser les manifestants passer. Les leaders modérés ont appelé à annuler cette manifestation mais rien n'y a fait, quelques milliers de jeunes chiites avides de montrer au monde, aux leurs, aux autres ou peut-être juste à eux-mêmes combien ils étaient prêts à mourir pour "la cause" sont allés se heurter aux policiers. Bien entendu, à la première grenade lacrymogène, Twitter, Facebook et autres ont crépité de "Ils nous attaquent" photos à l'appui. Ce qui en gros revient à se jeter contre un mur pour l'accuser ensuite d'avoir sournoisement attaqué ! Pour que la fête soit complète, des milliers de partisans de la famille royale s'étaient massés eux aussi pour aller se confronter avec les antis... Ben tiens ! En dépit de toutes les précautions prises de part et d'autre, certains font vraiment tout pour mettre le feu aux poudres, pour tirer le conflit vers sa dimension sectaire (Sunnites contres Chiites) alors que maintenant, la majorité des gens semblent vraiment en avoir ras-le-bol du bourbier. Le rond-point de la perle ressemble toujours à la fête de l'huma, mais une fête de l'huma qui aurait duré 1 mois... Vous voyez le genre ? ^^ Forcément dans l'entrelacs de tentes et l'anonymat conféré par une complaisante obscurité, tous les trafics tiennent boutique et de plus en plus de femmes bahreïnies commencent à donner de la voix car leur mari file au rond-point sitôt le travail fini et ne revient pas à la maison, tout en interdisant bien entendu à sa femme de s'y rendre.... De là à penser que non contents de maintenir la pression sur le gouvernement, les loustics en profiteraient pour en relâcher d'autres, de pressions, il n'y a qu'un pas hein    >_> les jeunes philippines qui arpentent les lieux pour porter soutien à l'opposition, à défaut de porter quelque autre "soutien" que ce soit ne doivent pas être étrangères à cette idée :D
Bref faudrait que ça cesse, mais on a encore vraiment du mal à savoir comment le mikado va se défaire. Une chose est sûre, l'opposition modérée continue de mobiliser les troupes, ceci dit, ces derniers sont parfaitement conscients qu'il leur faudra composer encore quelques années avec la famille royale, au moins le temps d'apprendre de ces derniers comment tenir la baraque une fois qu'ils la leur auront piquée :p

 

A part ça tout va très bien madame la marquise... Toujours des tonnes de boulot, Katharina & Hubert arrivent Jeudi, je vais essayer de prendre ma journée pour les accueillir, les installer. Vendredi on fait BBQ (à moins que je ne fasse mon fainéant et que je commande chez le traiteur) avec Eric & Lydia, très probablement Valentin, un français qui vit en Arabie Saoudite, ami d'Eric qui passe le weekend chez eux, Olivier qui est "célibataire géographique", et Sophie sans Jonathan puisque ce dernier part en déplacement pur son boulot. Tous accompagnés de leurs bambins respectifs, ça va faire une jolie tribu tout ça :p
J'adore !
Le weekend dernier (enfin hier quoi) gros dodo le matin, par miracle, pas de chantier ce matin là ! Est-ce la tempête de l'avant-veille qui les a fait reconsidérer ? Si seulement  :(
En effet dans la nuit de mercredi à jeudi, un vent à écorner les b½ufs soufflait vers minuit, poussant même l'eau de la piscine hors de celle-ci. Mon jardin étant cerné de murs de 2,50 - 3m de haut, vous imaginez sur la plage ou dans le désert.... Ouch !
Mais bon voyons le bon côté des choses, le jardinier apathique a eu autre chose à balayer de deux cadavres de fourmis. A mon avis celui-là les rares fois où il transpire, c'est quand il fait un cauchemar ! Il marche si lentement que s'il ralentissait, il calerait !!!
Mais bon, je ne suis pas son patron, il est employé par mon propriétaire donc je n'ai pas grand-chose à dire...
En parlant de propriétaire, ce dernier m'a encore fait un gentil coup dont ils ont le secret !
Mardi après-midi, la secrétaire de la maintenance m'appelle (ben ouais ils ont une secrétaire à la maintenance... tout va bien !) ils ont besoin d'entrer chez moi il y a de l'eau qui goutte. Je lui explique qu'il y a une clé chez le gardien à l'entrée du compound et lui demande de me tenir au courant. Le soir pas de nouvelles, quand je rentre le gardien de nuit qui prend son service à 6 heures est déjà là, donc pas d'info. Je dîne, m'endos devant un film et file au dodo. Le matin je me lève, vais au toilettes, puis commence ma toilette. J'ai la bouche pleine de dentifrice quand j'ouvre l'eau pour rincer... rien ! Fugacement le sentiment de solitude désespéré de l'africain devant son puits vide m'étreint... Je vide donc ce que je peux et file au rez-de-chaussée, la brosse à dent toujours en bouche rincer à l'eau minérale (dont le réservoir est au rez-de-chaussée !). En remontant, j'essaye au passage tous les robinets... Que nenni ! Point d'eau monseigneur. Qui dit pas d'eau dit pas de toilettes, pas de toilette non plus. Le rasage à sec ça ne va pas être plus envisageable que la douche à l'eau minérale. Heureusement que j'ai des lingettes bébé (hein ? Comment ça pourquoi faire ? Chut toi !) j'ai au moins pu me rafraîchir avant de m'habiller pour partir bosser pas vraiment lavé (beurk !). Chemin faisant j'appelle le numéro "d'urgence" de la maintenance où l'on me dit que je dois rappeler après ouverture des bureaux... 8h30 ! Vous aussi vous la sentez la prise en compte de l'urgence ?
Sentant mon agacement, la préposée aux réponses désagréables au téléphone a dû noter mon nom ou mon numéro puisque le responsable maintenance m'appelle vers 8h45 pour s'enquérir de mon problème. Je lui explique et il me dit qu'il arrive sur place et va voir, mais que la veille le jardinier a repéré une fuite continue et ils ont coupé l'eau. Quand ils ont voulu entrer ils n'ont pas pu et ont pensé que j'avais fermé la deuxième serrure. Là je lui rappelle que je n'ai pas cette clé puisque lui-même m'avait indiqué qu'elle s'était perdue au fil des locataires mais que de toute façon ça ne servait à rien; par ailleurs je lui rappelle qu'ils auraient pu m'avertir car découvrir que l'eau est coupée dans toute la maison au moment où tu veux tirer la chasse d'eau n'est pas une expérience très gratifiante.
Il grommelle qu'il revient de vacances et reprend le travail le jour même, sauf que je m'en fiche, il est responsable de la maintenance hein ! Après dix minutes, il me rappelle, le gardien ne trouve pas ma clé et prétend que je l'ai reprise. Mouahahahahahaha... Après son histoire des deux serrures elle a un ptit côté enfants du bon Dieu / canards sauvages celle-là ! Je lui dis de ne pas bouger, j'arrive !
La clé a bien disparu... J'ouvre donc et lui donne l'autre double. La fuite est réparée dans la journée et je peux enfin me rincer le soir en rentrant. J'en profite pour demander des nouvelles du projet pour protéger l'inimité des locataires, rapport à la tour géante qui pousse contre mon mur extérieur... Vous vous souvenez ? Le truc dont le proprio m'avait dit il y a 8 semaines que c'était pour dans dans quinze jours, soit il y a un mois et demi !!! Ça vient, faut être patient... Je me gausse ! Bref on va pas laisser les petites contrariétés nous pourrir l'existence non plus hein !!!

 

Bon j'espèrez que chez vous tout va pour le mieux, j'ai vu que vous avez eu quelques journées printanières... Pourvu que ça dure !!!

La bise et à bientôt

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Olivier KRAFT Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.