Truffes & Visiteurs

19/12/2010 - Pays : Bahreïn - Imprimer ce message

Ouah ! Presque quinze jours sans nouvelles... Inutile de vous dire que vous m'avez manqué :p

En fait il y a deux raisons à mon absence de notre relation "cyberépistolaire" : trop de boulot, et ces derniers jours je suis malade :'(
Pour le boulot, nous avons eu la semaine passée la visite de du patron du marketing et du patron des marchandises et de la logistique de notre franchiseur français. Comme nous avions un historique un peu houleux et que je m'étais fâché très fort le mois passé, cette rencontre était forcément très dense et très importante à la fois pour la qualité de nos échanges à venir. Du coup lorsqu'ils sont arrivés dimanche en fin de journée, je suis allé les chercher à l'hôtel pour les emmener manger dans un restaurant local histoire de faire connaissance un peu hors contexte boulot. C'était bien sympa et les deux jours qui ont suivi on été tout à fait productifs. Nous avons visité nos magasins sur l'archipel ainsi que la plupart de nos concurrents. Tout ça a fait pas mal de km, essentiellement à pieds et pour bien faire nous avons eu une grosse tempête de sable pendant pratiquement tout leur séjour.

Ici les tempêtes de sables sont de deux sortes : celles qui viennent de l'ouest, c'est à dire de l'Irak, du Koweït ou de l'Arabie Saoudite apportent un sable jaunâtre. Le ciel est jaune, la luminosité diminue considérablement et ce sable aussi fin que du talc s'insinue absolument partout couvrant tout d'une fine couche. Ce ne sont certes pas de gros grains comme on peut en connaître aux Émirats où les tempêtes les plus fortes arrivent même à rayer la carrosserie des voitures. Ici le sable à traversé la mer et seules les plus fines particules arrivent jusqu'à nous. Il y a dix ans, j'avais assisté à une tempête de sable rouge. Je ne sais pas exactement d'où il venait (du Sahara disaient d'aucuns sauf que même pour un nul en géographie comme moi ça paraît particulièrement pas simple pour un nuage de sable de venir d'aussi loin tout en gardant une telle intensité mais bon... suis pas météorologue en même temps ! Mystère à élucider donc :D).

Comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, la tempête battait son plein le jour de nos visites de magasins et je pense que mes muqueuses aériennes se sont violemment révoltées le lendemain contre le traitement qui leur a été infligé. Résultat des courses : le nez qui coule comme une fontaine, les yeux qui ruissellent, les bronches qui me font un méchant remake de mai 68... Je tousse, je mouche et je pleure à qui mieux-mieux... Pas terrible pour la dignité et je ne parle pas de la crédibilité de mec fort qui négocie les contrats pour sa boîte... J'ai l'air d'un c½ur d'artichaut asthmatique en pleine rupture sentimentale ! Heureusement, les célébrations d'Ashura (voir article précédent) tombant en même temps que la fête nationale du 16/12 nous avons droit à 5 jours fériés d'un coup ! Comme j'ai beaucoup de boulot je suis allé bossé quand même mais je m'éclipse vers 15 heures pour aller reposer mes abdos qui crient grâce à force de supporter les efforts d'expectoration de mes poumons d'ancien fumeur.

Jeudi soir j'avais invité mes collaborateurs à dîner comme je le fais généralement une fois par an. Il y a un mois je leur avais donc envoyé un mail d'invitation pour eux et leurs épouses, sachant que d'expérience, quand j'étais en poste ici ils sont toujours venus seuls.
Ben là non... Ils viennent tous avec femme et enfants et comme j'ai posé la question dans mon mail d'éventuelles restrictions alimentaires type végétarisme ou autre hérésie du même genre, l'un de mes collaborateurs m'a répondu que "pour sa femme et ses deux filles, il fallait prévoir du riz, du Palak Paneer (pas trop épicé) et du yellow dal".. Alors celle-là on ne me l'avait jamais faite :D
Que tu précises quand on t'invite que tu ne manges par exemple pas de poisson ou pas d'abats évite une déconvenue à ton hôte qui se serait donné du mal pour rien. De là à choisir le menu c'est quand même fort de café :p D'autant que n'étant pas un expert de cuisine indienne, je n'ai jamais fait grand chose d'autre que des currys ou du shish tawouk, il y a de grandes chances que les plats demandés ne soient pas des réussites !
Du coup ça a été traiteur indien pour les entrées et le plat principal. A la réflexion, je n'ai pas ce qu'il faut pour cuisiner pour 17 personnes... Même si ma cuisine commence à être correctement équipée, ce n'est pas non plus une cantine ! J'ai donc fait les desserts un peu en catastrophe puisque le jeudi étant férié je ne pensais pas bosser mais mon patron étant en congés la semaine suivante, nous avions un truc urgent à finir. Ma femme de ménage a envoyé un SMS pour dire qu'elle était mal fichue qu'elle ne viendrait donc pas. Donc retour à la maison à 15h, desserts à faire pour 17 personnes, maison à ranger, aspirer, nettoyer toussa toussa :p (L'un des seuls moments où j'ai regretté mon petit 3 pièces  :p). Cela étant, la soirée s'est très bien passée, chaleureuse à souhait, la nourriture était pas mal et tout le monde semble avoir passé une bonne soirée.
Deux jours plus tard, Olivier m'a proposé d'aller manger au Mezza Luna l'un des bons restaurants d'Adliya. Le cadre est très agréable et le couvert plus que sympathique. Il a fait la connaissance du chef quelques jours auparavant puisqu'il y avait emmené manger Laurence avant son départ pour la France. Ledit chef s'appelle Olivier aussi... Tous ces Oliviers autour de la table ça commençait à faire un tout petit peu verger sur les bords mais bon  :D
A la fin du repas, le chef nous a invité à boire la café dans l'une des alcôves qui la salle. Il faisait plutôt sombre et étant en plein épisode de rhinite aigüe (rappelez-vous, la tempête), mon odorat était plus qu'incapable de repérer la moindre odeur. Nous conversons calmement, parlant de choses et d'autres lorsque tout d'un seul coup Olivier (le chef) chuchote quelque chose à l'oreille du serveur et celui-ci revient avec une soucoupe qu'il me tend. Une grosse boule foncée trône au milieu de celle-ci. Poli je remercie mais demande de quoi il s'agit. Le chef m'indique que c'est une truffe. Notre repas s'est en effet terminé par un petit assortiment de truffes, chocolat noir, chocolat blanc aux amandes etc. Cependant, celle-ci est nettement plus imposante que les boulettes qu'on nous a servi avec le café. Gourmand je la saisis délicatement entre deux doigts pour ne pas me mettre du chocolat partout et je l'approche de ma bouche quand je vois, malgré la pénombre, l'autre Olivier changer de couleur. Une palpation et un examen visuel un peu plus attentif me confirment que c'est bien une truffe... mais pas en chocolat ! A 5 ou 600¤ le kilo, j'allais baffrer l'équivalent de deux fois le prix de notre dîner sous l’½il imperturbable du chef de cuisine.... Certes l'odeur aurait pu m'alerter, Olivier m'ayant confirmé que lui la sentait d'où il était sauf que là côté odeurs.... Je demande au chef pourquoi il ne m'a pas arrêté comprenant ma méprise, il me dit un rien crâneur que "lui ça ne l'aurait pas dérangé"... Bref petit moment de solitude.... Ça faisait longtemps que je ne m'étais pas payé une gaffe monumentale...

La dernière était d'ordre politique. Nous inaugurions un de nos magasins strasbourgeois après transformations lorsque je vois un des invités, un monsieur d'un âge certain, s'intéresser de près à nos caisse en self-service. Courtois comme toujours (merci papa-maman) je m'approche et lui demande si je peux le renseigner. Nous discutons quelques minutes, rejoints par sa charmantes jeune collaboratrice lorsque finalement il se présente. Il est l'adjoint au maire de Strasbourg en charge du commerce. Je me présente à mon tour et il me demande si je peux le conduire à la directrice du magasin qui lui a adressé son invitation afin de la rencontrer. Je trouve cette dernière en grande conversation avec la responsable des ressources humaines et le directeur du réseau. Je les interromps et m'efface pour laisser passer notre invité et je le présente à la cantonade comme Monsieur Zeller, adjoint au maire de Strasbourg. Sauf que ledit Zeller était président de la région et venait de décéder quelques semaines plus tôt. Moment de consternation autour de moi, le vieux monsieur m’attrape le bras et s'exclame "Non non Zeller il est mort, moi pas encore !"... Dommage qu'il n'y ait pas de trous de souris à ma taille, je m'y serais engouffré ni une ni deux. Heureusement que le monsieur avait de l'humour et un peu de distance quant à sa propre importance, ce qui n'est pas donné à tout le monde dans ces milieux là, ça va sans dire ! Bref sans être le roi de la gaffe, j'en ai quand même quelques bonnes à mon actif hein  >_<

Sinon j'espère que vous allez tous bien, je regarde tous les jours les infos et j'ai les images des "épisodes neigeux" comme on dit (l'hiver doit être un genre de feuilleton pour les journalistes :p). Les aéroports fermés, les routes bloquées etc... Je pense bien à vous même si de mon point de vue, un noël blanc aura toujours un charme inimitable.
Je vous embrasse et vous dit à très bientôt...

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Olivier KRAFT Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.